Beauxbatons & Magie
Bonjour et Bienvenue à Beauxbatons jeune sorcier!

Si tu n'as pas encore mit un pied dans notre univers magique, il est obligatoire d'aller s'inscrire dans notre Monde. Ici, ce n'est qu'une école!

Si tu es déjà inscrit et que tu as choisis d'étudier à Beauxbatons, qu'attends-tu pour aller en cours?

Tu veux en savoir un peu plus? Alors saches que Beauxbatons accueille principalement des filles, mais si tu es un garçon il reste encore de la place Wink
Vous serez réparti dans l'une des trois maisons (Félin(e) d'Or, Loup(ve) d'Argent, Renard(e) de Fer) et vous devrez tout faire pour la faire gagner! Cette maison sera donc votre seconde famille, et ce pendant 7 ans!
Sans compter que vous avez 8 matières obligatoires (Sortilèges et Enchantements, Potions, Histoire De La Magie, Botanique, Métamorphose, Maintien, Physique & Mentale, Ecriture) et qu'à partir de votre 5ème année vous devrez choisir un certain nombre d'Options, selon votre niveau (Equitation/course, Etude des moldus, Danse, Divination).
Un programme bien chargé n'est-ce pas? Alors ne perds pas ton temps et dépêches toi de rejoindre Beauxbatons! A moins que Durmstrang ou Poudlard ne te tente?


Partirez vous à la recherche de votre prophétie ?
 

Partagez | 
 

 Maédan Roméo Lydérac

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
MessageSujet: Maédan Roméo Lydérac   Dim 16 Nov - 21:35


Hi, I'm Maédan


I- Identity card


Nom: Lydérac

Prénom: Maédan Roméo. Oui-oui, Roméo. Comme le mec romantique par excellence. Sauf que ce n'était qu'un copieur de prénom.

Surnom: normalement, c'est pas particulièrement utile de me trouver un surnom. Dans le sens ou trois syllabes, je pense que c'est encore dans vos capacités. Mais sinon, certains raccourcissent à Maël.

Age: 17 ans et toutes ses dents. Encore heureux, vous me direz. Avouez que c'est plus difficile de sourire sans ses dents.

Date de naissance : 22 juillet 2108

Sexe: je vous proposerais bien d'aller vérifier... Cependant, j'aurais peur de passer pour ce que je ne suis pas, aussi ce n'est pas une proposition. What a Face

Nationalité: si je vous disait extra-terrestre, ça vous arrangerait certainement, parce que ça vous rassurerait sur le fait que quelqu'un comme moi ne peut pas venir de cette chère planète Terre. Cependant, comme je n'aime pas mentir, et que j'aime encore plus vous faire peur, je vous dirais français.

Lieu de votre habitation: disons que pour être sûrs et certains de me trouver, vous n'avez qu'à chercher mes chaussures... Parce que sinon, je suis pas certain que ça vous amuse beaucoup de chercher une vieille maison familiale au beau milieu de la campagne française. Cucuron, des fois que vous vouliez vraiment aller perdre toute notion de réseau téléphonique et tout oubli de la forme relative d'une voiture.

Sang: très bonne question. Peut-être qu'il faudrait la poser à mes parents ? Cela inclurait bien évidemment que vous puissiez les retrouver et leur parler. Donc que vous soyez morts comme eux. Donc même si vous arriviez à le savoir, vous ne pourriez pas revenir me le dire. Je suis juste certain que ma mère était sorcière.

Classe: j'ai eu pas mal de chance en réussissant à tomber dans une famille aisée de père en fils. Bon, certes, je suis pas le fils. Mais au moins j'ai été élevé comme ça.

L'école où tu veux aller: donc ce sera Beauxbâtons

Année d'étude: 2ème année. Parce que j'avais pas forcément envie de rentrer à l'école trop tôt. Voire pas du tout envie d'y rentrer. Mais on m'a forcé la main.

Plus tard je veux devenir: Maître de l'Univers. A défaut, je saurais bien évidemment me contenter de Maître du Monde. Sinon, plus sérieusement, si j'arrivais à gagner ma vie loin de la magie en ne faisant que jouer du piano, ça serait chouette. Mais Maître du Monde c'est bien aussi, s'il faut absolument que j'utilise mon don de sorcellerie.

Coffre: 11007. Comme James Bond à la fin. C'est fou comme le hasard est bien fait...




II- Personality & Tastes



JE SUIS CE QUE JE SUIS ...
2 ans
- Et le petit blond là-bas ?
- Oh, lui, c'est Maédan. On ne sait pas trop pourquoi, mais il ne parle toujours pas. Les médecins pensent que c'est un autiste.
- Pauvre gosse...
- Oh, il a pas l'air malheureux. Il passe son temps à jouer avec les instruments de musique pour enfants qui traînent ici. Et à regarder des livres. Par contre, on ne sait finalement pas s'il sait lire.

4 ans
Un garçonnet aux yeux turquoise et aux cheveux d'un blond presque blanc tire sur le pantalon d'une jeune fille. Cette dernière se penche, un grand sourire aux lèvres.
- Tu veux aller dans la salle du piano, c'est ça Maédan ?
Elle arrive à illuminer le visage du bambin, qui pousse même sa joie jusqu'à hocher la tête. Il parle un peu, mais tant qu'il n'y est pas obligé pour se faire comprendre, il évite de le faire. Par contre, les gérantes du foyer ont vite découvert qu'il lisait sans peine les fameux livres qu'il semble dévorer tant il arpente les rayonnages de la bibliothèque.
Et, surtout, il a cette lubie du piano. Il ne sais pas lire les partitions, mais il passe des heures à triturer les touches, jusqu'à inventer des débuts de mélodie.

6 ans
- Maédan, le professeur de piano est là.
Quelqu'un s'est finalement décidé à engager un professeur pour le petit. Les médecins ont eux-même estimé que ça faciliterait son intégration, s'il pouvait vivre un peu ce qui semblait être sa passion. Parce que, à présent, ils sont unanimes sur le sujet : le gamin, bien qu'ayant grandi, est bel et bien autiste. Il ne parle que peu avec les autres enfants du foyer, et développe certaines capacités considérées comme exceptionnelles. Cependant, c'est simplement que l'énergie qu'il devrait dépenser à développer les parties dédiées à la vie sociale de son cerveau est gaspillée pour faire de la musique.
- Merci.
Tout de même, il progresse un peu. Il arrive à saluer, à répondre, à poser des questions simples. Cependant, il semblerait utopique de penser un instant qu'il pourrait se mettre à raconter une histoire ou à participer à une conversation.

8 ans
- On nous as dit que vous aviez ici un garçon blond aux yeux bleus avec un don pour le piano. Serait-il possible de le rencontrer ?
Les deux adultes rentrent dans la pièce où joue le petit bonhomme. Il est encore un peu pataud, il fait encore grand bébé, pourtant ses traits semblent plus sérieux lorsqu'il s'échine sur les touches de son instrument. Lorsqu'il redresse la tête pour adresser un sourire d'ange à son pseudo-public, la dame inconnue chuchote quelque chose à l'oreille de l'homme qui l'accompagne.
Et lui, toujours aussi peu enclin à parler, il reprend sa partition.

10 ans
- Dis, Maël, ta maman elle te ressemblait ?
- Je n'en sais rien, tu sais. Mais quand je suis arrivé au foyer, j'avais les cheveux bleus. Il paraît que c'était à cause des médicaments que ma mère prenait quand elle était enceinte de moi.
Une gamine aux grands yeux impressionnés me regarde fixement. J'éclate de rire et ébouriffe sa propre tignasse brune.
- Mais non. J'ai toujours été comme ça. Quoique. Mes cheveux commencent à boucler seulement maintenant.
Avec un sourire attendri, je borde la petite fille. Je n'ai plus rien du gamin solitaire et silencieux du foyer. Et, visiblement, c'est tant mieux.

12 ans
- Madame, Maédan ne s'adaptera jamais au système scolaire. Vous le savez très bien, nous ne sommes pas formés pour éduquer des enfants autistes...
- Vous devez avoir mal lu les rapports, Madame la Directrice. Il est bien marqué qu'il est artiste, pas autiste. Une lettre peut parfois faire la différence.
- Quoi qu'il en soit, il répond à ses professeurs, se désintéresse totalement de ses cours, et passe tout son temps libre dans la salle de musique.

14 ans
Je m'élance dans le champ qui borde la maison, à la recherche de la fameuse petite tête brune. Je cours et, bien que je ne sois pas bien rapide, je finis par la trouver et la rattraper en riant. Je me jette sur elle et nous roulons dans l'herbe.
Certes, je ne suis pas bien costaud, mais c'est pas de ma faute si je grandis vite. D'ici un ou deux ans, je devrais atteindre ma taille adulte. Sauf que je dépasse déjà le mètre 75. Mes cheveux, toujours aussi blonds, scintillent au soleil, résolument bouclés. J'ai gardé un visage de gamin, et ça n'arrange rien quand je souris.
- Tu sais que j'ai plein d'amies juste parce qu'elles veulent pouvoir te saluer à la sortie du collège ?
- C'est normal. Elles savent reconnaître un garçon magnifique, drôle, sympathique, et terriblement séduisant.
Je lui fais un grand sourire. Le fameux qu'elle appelle le sourire des anges. Elle me frappe gentiment le bras.
- Et modeste, je supposes ?
- Bien évidemment. J'aurais pu ajouter que j'étais en plus musicien émérite, et que j'avais l'image d'un sublime bad-boy en m'amusant à lancer les couteaux de la cuisine sur la cible de fléchettes.

16 ans
Je traîne les pieds. Je n'ai pas envie d'aller en cours. Jamais de la vie. Je n'aime pas l'école. Et même si on va m'apprendre les trucs des films, à jouer avec des baguettes magiques et à voler sur des balais, c'est pas vraiment la joie.
Mais bon. J'ai une image de marginal fou, sympathique et continuellement heureux à assumer. Celle du blond sorti de nulle part, diagnostiqué handicapé mental, qui parle que pour dire des bêtises, qui joue du piano à en oublier de dormir, et qui passe le reste de son temps à jongler avec des couteaux suisses.

17 ans
- Tu vas pas en croire tes oreilles, petite sœur...
- Quoi ? Tu as découvert à quoi servait une brosse à cheveux ?
- Très drôle. Non. J'ai été accepté pour aller passer quelques mois à Beauxbâtons en échange. Je vais pouvoir te surveiller.
Je la jauge de toute ma grande taille et ma minceur d'ablette. Je me suis finalement arrêté à 1m et 83 centimètres, en espérant que ça s'arrête là. Après, je vais finir par plus passer les portes. Ce qui serait plutôt embêtant, avouez-le.
- Tu y vas surtout pour ajouter quelques sorcières de plus à ton tableau de conquêtes.
- Tu sais très bien que je préfère les hommes.
Je lui fais un sourire carnassier. Bon. Ce n'est pas faux, parce qu'après tout je ne mens jamais. Mais disons que c'est partiellement vrai. Et que vivre entouré de filles pendants des semaines et des semaines, c'est quand même particulièrement sympathique, comme programme.

 

Ҩ la Musique Ҩ les hôpitaux, les médecins, et tout ce qui tourne autour Ҩ sa petite sœur Ҩ l'alcool Ҩ les couteaux, les poignards, les trucs tranchants de manière générale Ҩ la Magie Ҩ les moineaux Ҩ la couleur rouge Ҩ les Rubik's Cube Ҩ les cours Ҩ


III- Once upon a time ...



VOICI MON HISTOIRE ...
2 ans
- Et lui ?
- Maédan ? On ne sait pas vraiment. Il avait un an quand on l'a déposé devant le foyer. Comme il ne parle pas, on ne peut pas savoir ce qu'il s'est passé. Mais les médecins pensent qu'il ne se souvient de rien. Il n'a jamais réclamé ses parents, ne s'est jamais demandé où est-ce qu'il avait atterri. Pas un cri, pas un pleur. Il s'est tout simplement adapté.

4 ans
Les parents adoptifs se succèdent dans le foyer, et si le blond voit partir une par une les têtes connues et en arriver de nouvelles, lui il est toujours ici. Pour lui faire plaisir, et certainement pour évacuer un sentiment de culpabilité mal placé, la gérante du foyer l'autorise parfois à aller dans le salon des adultes, où trône un vieux piano qui, sans lui, ne serait bon qu'à prendre la poussière.
Il ne supporte plus de voir les médecins, et s'il n'est pas très loquace, il se débrouille pour bien faire comprendre aux hommes de l'art qu'il ne les apprécie pas. Ils ne peuvent rien pour lui. Et d'ailleurs, il est plutôt heureux. Il n'a pas envie qu'on l'aide.
Après tout, il a appris à lire tout seul, en regardant les nourrices lui lire toujours les mêmes livres. Et, s'il n'a aucun cours de piano, il trouve de lui-même des mélodies.

6 ans
- Maédan, j'ai une surprise pour toi.
C'est rare qu'un gamin reste aussi longtemps au foyer. Mais personne n'est dupe : il faudrait être soit fou, soit un saint, pour accepter d'adopter un enfant autiste. Et, visiblement, ça ne court pas les rues.
Alors, la gérante présente au petit blond aux yeux turquoise un homme, et lui explique que cet inconnu s'occupera désormais de lui donner un cours de piano par semaine. C'est peu, mais déjà voilà que l'orphelin saute de joie. Lui qui est pourtant toujours dans la retenue remercie chaleureusement cette femme que, à défaut d'aimer vraiment, il commence à apprécier.

8 ans
- Et vous dites que personne ne sait d'où il vient ?
- Non, Madame Lydérac. Il a juste atterri ici. Vous voulez le voir ?
- Oui. S'il-vous-plait.
Le couple et la gérante entrent dans le salon, où Maédan joue sous l’œil attentif de son professeur. Il leur adresse un petit sourire avant de reprendre, concentré.
- C'est lui. Il joue de la même façon que sa mère.
Tout à son morceau, le blondinet ne devine pas que, cette fois-ci, la chance lui sourit. Quelques jours plus tard, il quitte définitivement le foyer pour aller habiter avec cette famille, qui devient immédiatement sa vraie famille. Jamais il ne penserait à dire que ce sont ses parents adoptifs. Ce sont ses parents, c'est tout. Les seuls qu'il ait jamais eus.

10 ans
- Dis, Maédan, tu me racontes encore comment papa et maman t'ont trouvé ?
- Tu sais que je ne le sais pas. Je sais juste que ta mère m'a reconnu parce que ma façon de jouer du piano lui rappelait celle de sa meilleure amie. Qui avait disparu, en laissant derrière elle un bébé.
- Et bien moi, je suis contente que maman t'ai reconnu. Comme ça, j'ai un grand frère.
Je souris de toutes mes dents. Oui. Maintenant, j'ai une famille. Un papa, une maman, une petite sœur, d'un an et demi sa cadette. J'ai une maison, et même un chien.

12 ans
- Maédan Roméo Lydérac !
Je grimace. Ça n'est jamais bon signe quand ma mère m'appelle comme ça depuis le salon. Mais je descend quand même, ma sœur sous les talons. Après tout, j'étais en train de lui apprendre le piano. Elle a le droit de jouer les fouines.
- Tu t'es encore fait renvoyé. Les professeurs en ont eu marre de ton attitude.
Je soupire, en même temps qu'elle, que mon père, et que ma sœur. J'ai même l'impression que le chien soupire aussi. C'est vous dire.
Je hausse les épaules, nullement désolé. Après tout, je ne peux décemment pas me faire au système scolaire. J'ai déjà réussi à apprendre plus ou moins comment me comporter correctement en société. On ne peut pas faire des miracles à gogo non plus.

14 ans
- Maël ! Montre-moi comment tu lances les couteaux !
Je souris, j'attrape les quatre couteaux de cuisine sur le plan de travail, et je les lance sur la cible des fléchettes de mon père. Ma sœur rit aux éclats, me les rapporte, et s'amuse à me regarder jongler avec. Les lames coupantes effleurent mes doigts, touchent ma peau, jamais assez longtemps, jamais assez profondément pour me couper.
Bon. Je dois bien avouer que j'en ai eu, des pansements, avant d'arriver à ce niveau. J'entends des pas s'approcher de la cuisine, et je pose précipitamment les couteaux dans un fracas peu discret.
- Maédan ! Je t'ai déjà demandé d'arrêter de t'amuser avec ça !
- Pardon, papa.
Mais il sait que, la prochaine fois que je trouverais des couteaux, des piques, même des fourchettes, je recommencerais. Je hausse les épaules, et me dirige vers le salon, où trône le piano presque neuf qu'ils m'ont offert pour mon dernier anniversaire.

16 ans
- Mais Maman, tu sais que je n'ai pas envie d'y aller !
- Ta mère était une sorcière, Maédan. Tu l'es aussi. Je ne vois pas pourquoi tu refuses sans cesse d'aller à l'école depuis 2 ans que tu as reçu ta lettre.
Je pousse un grognement peu humain, jetant un coup d’œil à ma sœur, sagement assise dans le canapé. Cette année, elle aussi a reçu sa lettre. Ce qui signifie que, si je refuses encore, je me retrouverais seul tous les jours. Le regard mauvais, avec un air de dégoût profond, je concède.
- D'accord. Mais hors de question que je mette les pieds à Poudlard.

17 ans
- Mais Maédan, je suis une grande fille ! Je n'ai pas besoin d'un grand frère pour me surveiller !
J'éclate de rire.
- Tu disais moins ça, quand je venais te chercher au collège et que tout le monde te demandait qui était ce garçon magnifique avec qui tu traînais...
J'évite une baffe et la regarde rougir.
- J'ai grandi, mon cher !
- Justement. Je serais là pour t'empêcher de faire des bêtises.
Elle me fera la tête pendant deux minutes. Peut-être trois. Après tout, on est inséparables. Et c'est la meilleure nouvelle de l'année -au moins- de savoir que je suis reçu en échange à Beauxbâtons.
 


IV- Who am I ?



Pseudo: Mini BN

Age: je vais avoir 18 balais (ah ah, remarquez le magnifique jeu de mots que je suis certainement la première à faire avec le balai... What a Face)

Sexe: Hermaphrodite. /PAN/ Fille, sinon

Où as-tu trouvé le forum ?: Epicode

Si tu devais ajouter quelque chose au forum ?: Hum... hum... Pff. Ah, si, me concernant, ma nullité m'a empêché de trouver toute seule les coffres pour vérifier les numéros. P't'être mettre le lien direct dans la fiche (s'il n'y est pas encore, parce que c'est fort probable que mes yeux se soient mis en grève)

Tu es un multi-comptes ?: nope

Qui est sur l'avatar: Jamie Campbell Bower

Scénario ou Inventé?: sorti de ma petite imagination



Fiche by Umi de templactif

Revenir en haut Aller en bas
Mes hiboux : 1346
Date d'inscription : 16/07/2013
avatar
Je suis le big boss
MessageSujet: Re: Maédan Roméo Lydérac   Dim 16 Nov - 22:09

¤ Loukoum ¤

Voilà, tu as ton groupe et ton rang.
Les Admins de B&M passeront faire la validation complète

♣ ------ ♣ ------ ♣


Nougat (Maddison) ¤ Pitch (Paul)
Tagada (Emma)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beauxbatonsandmagiev.forumactif.org
 
Maédan Roméo Lydérac
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Beauxbatons & Magie :: Section sorcière :: Dossiers d'inscriptions et suivi du sorcier :: Sorciers décédés-
Sauter vers: